Finance et moralisation ?

Crédit : stock.adobe.com

Souvenez-vous, le grand tout mou, avait dit,
La finance j’en ferai mon premier ennemi,
Un an après, toujours les mêmes bouffonneries,
Une loi pour la moralisation de la finance, que de conneries !

On n’a pas finit d’être pris pour des cons.

Publié le

Evidemment, on s’en doutait, cette bande de bouffons,
De la démagogie, on nous prends pour des cons,
La finance  , cet ennemi invisible, qu’il fallait terrasser,
Il est toujours identique à lui-même, cinq ans après.
 
Les politicards ont vite fait de parler, baver comme des buvards,
Mais quand il faut agir, le gouvernement consulte, c’est déjà trop tard,
Toujours le même topo, on ne remet jamais rien à zéro,
Hormis augmenter les impôts, ils ne savent rien décider, ces narvalos.
 
La crise de 2007 aux States a fait écrouler leur système,
Mais en 2013, l’aigle est reparti en plein vol,
Dans notre pays de bureaucratie, le temps de décider,
La crise est déjà passée, nous sommes toujours enlisés.
 
Notre coq a les pieds dans la merde,
Tu crois qu’ils aideraient à vider la benne ?
Non, on te pousse un peu plus sur
 
Alors voici la trouvaille de ces épouvantails,
Une obligation de transparence des filiales,
Une lutte acharnée contre la fraude fiscale,
Une veine, ils ne se mangent pas entre eux, les squales.

Réforme bancaire : Pour un peu plus de transparence...

Cette fois-ci ce serait la bonne, nous affirme-t-on. Alors que cinq années après la crise financière, rien n’a changé dans le système financier en Europe, la lutte contre l’évasion fiscale se met réellement en place. La crise des subprimes n’est plus le sujet brûlant du moment, place à la chasse à l’évasion fiscale.

La commission des Finances de l’Assemblée Nationale a étendu, dans le projet de réforme bancaire, à certaines grandes entreprises, les obligations de transparence sur leurs activités dans chaque pays, déjà prévues pour les banques dans le projet de loi.

Le seuil de taille des entreprises sera fixé par décret. La mesure s’appliquera seulement à compter de l’entrée en vigueur d’un dispositif de droit européen équivalent pour ne pas placer les entreprises concernées en position de publier des informations que leurs concurrents européens pourraient ne pas rendre publiques.

Sur l’échange automatique de données pour lutter contre la fraude fiscale, la commission a accepté mardi un amendement gouvernemental obligeant les établissements financiers français à fournir à l’administration fiscale les données sur les revenus et les actifs financiers des contribuables dont elle a besoin pour répondre aux demandes d’assistance administrative de ses partenaires.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.